SAINTE CHRISTINE - BOURGNEUF FC : site officiel du club de foot de BOURGNEUF EN MAUGES - footeo

L’extase !

28 mai 2018 - 20:46

Pas facile de trouver les mots pour ce dernier résumé. Pourtant, il y aurait des tonnes de choses à raconter sur la journée d’hier qui a sans doute réuni tous les ingrédients du bonheur, à commencer par le plaisir d’être ensemble. Le plaisir de voir toutes celles et tous ceux qui ont côtoyé Rémy au club applaudir sa sortie avec une vraie reconnaissance et une émotion sincère. Le plaisir d’entendre les minots habillés en orange et noir s’époumoner pour encourager leurs aînés. Le plaisir d’écouter les copains de l’équipe réserve, les U19, U17 ou U15, les potes qui n’aiment pas le foot mais qui aiment bien la buvette, les copines venues prendre le soleil, les anciens du club, les darons, les darons de nos darons chanter pour rendre la chaleur un peu moins étouffante et les jambes un peu moins lourdes. Au-delà des résultats, c’est tout cela que nous retiendrons, parce qu’en district et particulièrement au SCBFC, un club c’est d’abord une grande famille.

Sportivement, ce dimanche 27 mai fût splendide. Pour démarrer en beauté, les U19 ramenaient de Bouchemaine une victoire éclatante 7 buts à 2. Arnaud, frustré de ne pouvoir consacrer sa matinée à la chasse, avait décidé de se venger. Bien qu’ils aient refusé de se déguiser en petits lapins comme il le leur avait demandé, les pauvres défenseurs de Bouchemaine encaissaient ses frappes comme ils pouvaient. 4 d’entre elles trouvaient leur cible. Pas en reste, le gendre de Rémy mettait son petit doublé, au calme. D’une tête ravageuse sur corner, Yvo fignolait le travail. La petite chaudée prise chez le dirigeant la veille au soir n’avait donc pas de conséquences. La première place du groupe était définitivement acquise et venait conclure une saison rondement menée. Bravo les gamins et bravo Frédo. Un grand merci pour toutes ces années d’encadrement passionné !

A midi et demi, les seniors de l’équipe réserve prenaient le relais. Là encore, il n’était pas prévu de faire de détail, d’autant que le chef d’orchestre Amiot jouait sa dernière partition sur la pelouse. Pourtant au poste le plus difficile, nécessitant puissance physique, endurance, vitesse, technique (numéro 5), il était impérial. Dans le jeu, son équipe tutoyait les sommets. C’est d’abord l’expérimenté Manu qui jouait au buteur après une diagonale délivrée par un Jimmy d’une grande finesse. Quelques minutes plus tard, le Hibou (ou « Taureau » pour ceux qui ont la fibre de l’élevage) tournoyait et, après 6 passements de jambe, adressait une merveille de petite passe pour le capitaine Jeanneteau. Evidemment et comme à son habitude, ce dernier concrétisait l’occasion avec une froideur de tueur à gage. Le vice-président (pour combien de temps ?) ajoutait son petit grain de sel. Après un corner à la Rémoise, il caressait le cuir de son pied gauche magique et, à 20 mètres du but, parvenait à viser entre les jambes du gardien adverse (admirateur de Karius, le goal des Reds de Liverpool). Au passage, il gagnait son pari avec l’autre Xav’ et obtenait le droit à une bise bien placée (photos disponibles sur demande). Juste avant la mi-temps, Nabil prenait de vitesse la défense du FC Layon avant de centrer en retrait. Posté au point de penalty, le grand Edem ne laissait aucune chance au portier. Au retour des vestiaires, le hibou faisait de nouveau entendre son hululement. Lancé à pleine vitesse, il remportait son face à face et portait la marque à son score final, 5-0. A retenir : une haie d’honneur en plein match, composée par les joueurs des deux équipes, pour encadrer la sortie d’un Rémy ému mais certainement fier du travail accompli. Bravo à vous les potos !

15h00: Début du match de l’équipe première. L’équation était plutôt simple : une victoire sinon rien. Face à la Joyeuse, l’équipe 2 du Val de Moine, troisième du championnat, était bien décidée à gâcher la fête, et elle n’est pas passée loin d’y parvenir. Batailleurs, solidaires, et appliqués, nos joueurs sont pourtant sortis victorieux d’un combat mené dans une ambiance électrique. De ce match, nous retiendrons les coups de butoir assénés par Kévin à un arrière de Val de Moine au bord de l’asphyxie. Sans doute galvanisé par la présence de sa nouvelle conquête, le jeune attaquant aura multiplié les sprints et les dribbles. Un peu gourmand ou imprécis (comme ses petits copains de la ligne offensive), il n’aura pas réussi à conclure (contrairement à l’après-match) mais aura largement participé à rendre la défense adverse plus perméable. Nous nous souviendrons aussi de l’agilité du roi Pipine, de sa capacité à passer 4 joueurs avec une grâce et une technique sans faille, tout cela pour manquer le cadre aux 6 mètres. Comme dirait l’autre, il raterait un éléphant dans un couloir. C’est bel et bien lui le vainqueur du trophée des vendanges. Champion mon frère ! :) Enfin, l’histoire retiendra surtout ce qu’a fait Amaury Caillault à 16h12 le dimanche 27 janvier. Après un long coup-franc du père Piron et une déviation de Pipine de la tête (du haut de ses 2 mètres 08), Amo a réussi ce que ses collègues avaient manqué jusqu’ici : cadrer et marquer ! Quelle destinée pour ce joueur ! Qui l’eut cru en le voyant peiner à enchaîner 3 jonglages à l’entrainement ? Acclamé par tout un peuple, le gars du Gâts (facile) est bel et bien le nouveau héros de la Joyeuse. Dans la foulée, le stade municipal de Bourgneuf a d’ailleurs été rebaptisé « complexe sportif Amaury Caillault », tandis que les maires des deux communes ont déjà demandé aux agents municipaux de travailler à une nouvelle décoration des ronds-points, pour réussir à reproduire son visage avec des pétunias et des géraniums.

La suite, c’est le meilleur, avec dans le désordre : une nouvelle haie d’honneur pour Rémy, des bouchons qui sautent, une tireuse qui chauffe, des chansons, une douche sans se déshabiller, d’autres bouchons qui sautent, une tireuse qui chauffe vraiment trop, d’autres chansons, d’autres bouchons qui sautent, des chansons avec des paroles de moins en moins compréhensibles, encore des bouchons qui sautent et Amaury qui dort, enroulé dans un drapeau orange et noir qu’il avait lui-même confectionné…

Nous serons probablement fixés sur le sort de l’équipe première dans les prochains jours. Ce qui est certain, c’est que les joueurs et leur entraîneur auront fait tout leur possible pour obtenir le ticket vers l’échelon supérieur. Ce qui est encore plus certain, c’est que des journées comme celle-là, on en voudrait tous les jours ! Merci à toutes et tous pour votre présence et vos encouragements ! Merci à toi Rémy pour ta gentillesse, ton sérieux et tes compétences. Tu nous manqueras, mais je crois qu’on se reverra ;)

 

 

 

 

 

 

 

Commentaires